Observatoire des oiseaux côtiers de Mayotte

, , ,

Type(s) de projet : Suivi faune/flore

Type(s) de zone humide : Vasière – Mangrove

Territoire(s) : Mayotte

Le Gepomay

Depuis sa création en 2010, le Groupe d’Etude et de Protection des Oiseaux de Mayotte (Gepomay) logo Gépomayalimente les connaissances sur l’avifaune de l’« île au lagon ».  L’association réalise des études et des suivis sur les oiseaux afin de mieux connaître leurs populations et leurs statuts à Mayotte.

Sur la base de ces études et lorsque cela est nécessaire, le Gepomay intervient pour protéger des espèces (c’est le cas du Crabier blanc notamment) et/ou des milieux (comme les prairies humides et les mangroves).

Il mène en parallèle des actions de sensibilisation du grand public, et des jeunes en particulier, à la richesse du patrimoine naturel mahorais. À ce titre, il organise ou participe annuellement à la fête de la science, la fête de la nature, la nuit de la Chouette ou encore aux journées mondiales des zones humides.

L’Observatoire des oiseaux côtiers de Mayotte :

En 2013, une démarche à l’initiative du Gepomay et de Réserves Naturelles de France (RNF) a été RNFadoptée afin d’inventorier mensuellement les populations d’oiseaux côtiers (sternes et limicoles).Cette démarche a abouti peu à peu à la création d’un « Observatoire des oiseaux côtiers de Mayotte ».

L’Observatoire est le fruit de divers partenariats (RNF, ATEN, DEAL, PNM, Brigade nature, TEMEUM) et la mise en place d’un réseau d’observateurs (bénévoles et salariés). Il permet, tout en s’inscrivant dans une démarche nationale animée par RNF (« Observatoire patrimoine naturel littoral »), d’obtenir une meilleure connaissance des oiseaux côtiers et ainsi du littoral et de la qualité de ses milieux en tant que sites d’accueil pour les oiseaux. Cette connaissance permettra à terme la mise en place d’une gestion adaptée des sites naturels littoraux.

L’Observatoire des oiseaux côtiers de Mayotte a pour objectifs :

  • de recenser chaque mois, grâce à un réseau d’observateurs et de partenaires, les populations de limicoles et de sternidés présents sur les principaux sites d’accueil de Mayotte (reposoirs et sites d’alimentation). Ces deux groupes d’espèces sont de bons indicateurs pour le suivi de la qualité des milieux marins et côtiers qu’ils fréquentent ;
  • d’alimenter les bases de données, de l’association et de RNF, permettant alors la réalisation d’études à long terme sur l’évolution des populations de limicoles en France métropolitaine et en outre-mer ou encore les changements s’opérant sur le littoral français ;
  • d’obtenir une meilleure connaissance des oiseaux et de leurs milieux à Mayotte pour une gestion adaptée des sites naturels littoraux ;
  • de valoriser le patrimoine naturel de l’île à l’échelle locale et nationale.

 

© G. Adt

Vol de comptage en ULM © G. Adt

Pour effectuer les recensements réalisés dans le cadre de l’Observatoire des oiseaux côtiers de Mayotte, plusieurs méthodes sont utilisées en fonction des espèces à recenser.

Le comptage mensuel peut se faire « à pied » à l’aide de longues-vues et de jumelles (cas des vasières et autres sites côtiers hébergeant des limicoles et des sternes), en bateau et en ULM pour les reposoirs de sternes dans le lagon (photo-identification et photo-comptage).

 

Enfin, riche des partenariats, un stagiaire Observatoire a pu travailler en 2014 sur la compilation et l’analyse des données collectées. Grâce au croisement des données anciennes et des résultats des comptages concertés menés depuis 2013, de nouvelles informations ont pu être acquises à Mayotte :

  • une nouvelle espèce recensée sur l’île : la Sterne à joues blanches ;
  • trois espèces sont présentes en effectifs d’importance internationale durant l’été austral (de novembre à avril) à Mayotte:
  • la sterne voyageuse, présente par milliers voire dizaines de milliers (jusqu’à 26 % de la population biogéographique). Cette espèce se reproduit sur les bords de la mer rouge, sur les côtes est-africaine et en Inde ;
  • le Noddi brun, lui aussi présent par milliers (9 % de la population biogéographique). Il se reproduit sur de nombreuses îles tropicales et subtropicales des océans Atlantique, Indien et Pacifique ;
  • et la Sterne huppée, présente par centaines (jusqu’à 3 % de la population biogéographique). Cette dernière se reproduit sur les côtes de l’Afrique du sud, de la Namibie et du Mozambique.
  • 21 espèces de limicoles sont recensées sur la vasière des badamiers et 22 espèces au total sur Mayotte ;
  • 14 espèces de sternes ont été recensées à Mayotte ;
  • la phénologie de présence de ces espèces a également pu être affinée ;
  • au maximum, la vasière des badamiers accueille 300 individus de limicoles toutes espèces confondues ;
  • la vasière des badamiers accueille également des effectifs d’importance internationale de Sternes voyageuses.

 

Paille-en-queue à brin blanc (© P. Lizot)

Enfin, en 2015 l’Observatoire des oiseaux côtiers de Mayotte intègre le seul oiseau marin nicheur, le Paille-en-queue à brin blanc, dans les recensements. Un protocole de suivi (par méthode indirecte) est en cours de mise en place en partenariat avec le laboratoire ECOMAR, de l’Université de la Réunion (stage de M2 en cours), et le Parc naturel marin.

L’objectif final est d’obtenir une estimation (sur la base d’un protocole reproductible à l’échelle de l’île) de la population nicheuse des « îles de Mayotte » (Petite et Grande-Terre mais également l’ensemble des îlots) et de sa répartition spatiale.

Contact

Cité administrative
de Circonvallation
Rue Alexandre Buffon
97100 BASSE-TERRE
05 90 81 81 29
gaelle.vandersarren@uicn.fr

Les autres Pôles-relais