• header-zhom
© Feuillet/Kwata

Le Tapir du Brésil

,

Le tapir « Tapirus terrestris », aussi connu sous le nom de « Maïpouri » en créole, est le plus gros mammifère de Guyane. Il pèse entre 170 et 250 kg avec une taille d’un mètre au garrot et de 2 mètres de long. Les femelles sont plus grosses que les mâles. Il a une mauvaise vue mais une ouïe et un odorat très développés.

Le tapir vit en zone forestière humide, toujours à proximité d’un point d’eau où il pourra se rafraîchir et se débarrasser des ses parasites. Il n’hésite pas à plonger pour fuir ses rares prédateurs.

Solitaire et discret, le tapir se cache souvent en journée. La nuit, il parcourt la forêt en quête de nourriture. Herbivore, le tapir se nourrit de plantules, de fruits et de graines. L’espèce joue un rôle clé dans la régénération de la forêt en disséminant avec ses déjections les graines de certaines espèces consommées.

Son loisir préféré est de prendre régulièrement des bains de boue qui lui permettent de se débarrasser des parasites et de faire baisser sa température corporelle.

La maturité sexuelle du tapir est estimée à l’âge de 3 ou 4 ans. En Guyane, le tapir semble se reproduire à n’importe quelle saison : les femelles ont leurs chaleurs sur une période de deux jours, tous les deux mois. Après une période de gestation de 13 mois, la femelle donne naissance à un seul petit tous les 2 ans, qui pèse à la naissance entre 3 et 6 kg, et est sevré à l’âge de 9 ou 10 mois. Le jeune tapir possède des taches blanches sur le corps, qu’il perdra vers 8 mois.

Son espérance de vie est d’une trentaine d’années.

Dans les cultures locales, le tapir joue un rôle important. Il est associé à la Voie lactée, nommée « chemin du tapir » chez les amérindiens Wayampi, en raison des traces laiteuses laissées dans l’eau après son passage par la vase qu’il soulève. On le retrouve également dans de nombreux contes et légendes amérindiennes, et sur les armoiries de la commune de Rémire-Montjoly.

Listé comme vulnérable depuis 2002 par la liste rouge de l’UICN, et malgré un arrêté préfectoral interdisant le commerce de la viande de tapir, l’espèce reste menacée par la perte de son habitat et une pression de chasse non négligeable.

 © Feuillet/Kwata

Contact

Cité administrative
de Circonvallation
Rue Alexandre Buffon
97100 BASSE-TERRE
05 90 81 81 29
contact@pole-zh-outremer.org

Les autres Pôles-relais