http://www.photos-gratuites.org

Le cagou huppé

,

 

De son nom scientifique « Rhynochetos jubatus », le cagou est un oiseau d’une cinquantaine de centimètres, au plumage gris bleu, aux ailes rayées de blanc et de gris, au bec et aux pattes rouges. Cet oiseau, endémique de la Nouvelle-Calédonie, est devenu l’emblème de l’île.

IMGP6232

Lac du barrage de Yaté

L’habitat du cagou n’est pas intimement lié à la présence de zones humides. Présent jusqu’à 1400 m d’altitude, il fréquente essentiellement la forêt humide mais peut également occuper des zones de forêt plus sèches, comme par exemple au centre de l’île (Boulouparis – La Foa). Néanmoins, la région des lacs du grand sud néo-calédonien, récemment reconnue au titre de la convention de Ramsar, abrite la plus grande population de cagous de l’île et est l’un des rares endroits où il est encore présent.

Il se nourrit principalement de larves, d’escargots ou de vers, de sorte qu’il n’a pas besoin de voler pour se nourrir. Il a donc fini par perdre la faculté de voler. Il vit en couple, d’ordinaire établi pour la vie, sur un territoire variant de 5 à 30 hectares. La femelle pond un œuf par an. La période de reproduction commence généralement en début de saison fraîche, c’est-à-dire à partir du mois de juin. La maturité sexuelle du cagou est mal connue, néanmoins elle est estimée à l’âge de deux ans pour les cagous vivant en captivité et réintroduits en milieu naturel. La reproduction commence par la parade nuptiale : le mâle et la femelle sont face à face, ils dressent leur huppe et gonflent leurs ailes. L’un tournant autour de l’autre à pas rapides. Environ trois semaines plus tard, la femelle pond un œuf.

Les cagous construisent un nid sommaire à même le sol, à l’aide de branchages et de feuilles sèches. La femelle y pond un unique œuf (6 à 7 cm de longueur pour un poids d’environ 52 grammes) dont elle partagera l’incubation qui dure 35 jours, puis le nourrissage, avec le mâle. Le jeune est brun avec des raies plus sombres sur le dos. Il reste au moins quatre jours au nid. Ses parents, très protecteurs le défendent en  déployant leurs ailes et en émettant des sifflements.

Ce qui rend cet oiseau original est son chant du matin appelé « KAGU » qui ressemble étrangement à l’aboiement du chien. La femelle a un chant plus court et plus rapide que le mâle. Le cri de contact permet aux deux partenaires de se localiser. Il est émis avant le chant et est plus doux.

Il est principalement menacé par les animaux domestiques (chats, chiens), par les cochons sauvages, les rats, l’homme et ses activités qui détruisent son habitat naturel. Lorsqu’il se sent menacé, le cagou ne pouvant voler, s’accroupit et déploie ses ailes en éventail sur sa tête, pour intimider.

Dans les années 1900, il était victime de braconnage pour le commerce de ses plumes. Protégé depuis 1977 et classé dans l’annexe 1 de la convention de Washington sur le commerce des espèces menacées (CITES), sa chasse, sa capture et sa détention sont interdites en Nouvelle-Calédonie. En 2012, il est entré dans la liste rouge de l’UICN des espèces en danger.

Par son caractère emblématique, le cagou est même devenu un personnage de dessin animé nommé Wouk qui passe dans le programme court « D’après vous » de Nouvelle-Calédonie 1ère.

Contact

Cité administrative
de Circonvallation
Rue Alexandre Buffon
97100 BASSE-TERRE
05 90 81 81 29
gaelle.vandersarren@uicn.fr

Les autres Pôles-relais